Les hommes indomptables portent des caleçons !

Indomptable. Une image que nous apprécions entretenir puisqu’elle plait beaucoup à la gent féminine. Mais ceci n’est pas uniquement une façade destinée à faire succomber les belles car à l’intérieur, nous sommes réellement des rebelles : « aucune entrave », tel demeure notre credo.

Allié inconditionnel de ce modus vivendi, le caleçon entretiendra le bien-être des êtres épris de liberté tout en les préservant de l’inconfort dû aux frottements des pantalons sur leurs parties intimes. Tout simplement génial, ce dessous : élégant mais sportif, sexy tout en demeurant sobre.

Histoire du caleçon

La période du moyen âge voit apparaître les braies qui ne sont autres que des sous-vêtements masculins  qui peut-être longs ou courts, confectionnés dans le cuir ou dans la toile, maintenus par une ceinture. Ceinture qui porte la dénomination de brael. A regarder ce dessous, tout porte à croire qu’il assume la paternité du caleçon.

La généalogie de ce dernier fait néanmoins l’objet de diverses supputations : d’une part, on le voit bien descendre du fameux braie et d’autre part, des fameuses culottes de la révolution française.

Quoi qu’il en soit, ce que l’on peut avancer avec certitude, c’est que ce dessous pour hommes est apparu vers le dix neuvième siècle mais pas sous la forme qu’on lui connaît aujourd’hui. Sa facette actuelle, ce n’est que plus tard que nous la retrouverons.

1958, en raison du penchant de l’armée française pour le slip, signe le déclin de la popularité du caleçon. Le monde moderne dans lequel nous évoluons voit le retour en force de ce dessous terriblement viril. Masculin jusqu’au bout des fils, il choisit de s’apparenter à un short pour bien marquer le camp dans lequel il se situe.

Types de caleçons

Caleçon « coupe américaine »

Amoureux de la liberté, nul doute que ce dessous a été inspiré par votre modus vivendi : large, voire flottant, il offre une véritable aisance, quelle que soit l’activité à laquelle vous choisissez de vous adonner. Rebelle tout en étant pudique ? Pas de panique, il saura garder votre intimité intacte, c’est-à-dire hors des regards indiscrets. Sa seconde caractéristique est celle d’être doté d’une braguette sur le devant. Ce qui facilitera l’exécution des gestes idoines en cas d’urgence.

Ses petits défauts proviennent aussi de ce caractère très libre : la sensation d’être ballottée pourrait étreindre ceux qui n’ont pas l’habitude de porter la coupe américaine.

Caleçon classique

Excellent compromis entre la coupe américaine et le rien, il se situe plus près du corps. Il conserve néanmoins ce caractère qui confère aisance et bien-être à ceux qui le portent étant donné qu’il maintient tout en laissant libre. Malin, il a la bonne idée d’épouser les bijoux de famille. Avis à ceux qui en sont fiers !

A l’opposé du caleçon flottant, il s’agrémente rarement d’une braguette.

Les motifs et leurs connotations

Le caleçon à couleur unie

Sous cette facette, dans sa sobriété, le caleçon connote une rare élégance. Son côté sérieux séduit les plus gentlemen d’entre nous.

Le blanc est la couleur la plus cotée (attention à la propreté) mais il n’en demeure pas moins que les couleurs primaires comme le noir, le rouge, le bleu et plus rarement le gris, jouissent aussi d’une certaine popularité.

Les couleurs flashys comme le rose, l’orange l’or ou l’argent demandent encore de l’audace que beaucoup ne possèdent pas encore ! Ce qui n’a pas empêché les plus hardis d’essayer…avec effet !

Le caleçon à rayures

Côté classique, il se surclasse. Son côté bon chic bon genre gagne le cœur de ceux qui souhaitent ne pas sortir du lot mais ne pas se faire oublier. Aucun mariage ne relève du domaine de l’impossible avec lui : de l’amalgame des foncés avec les flashys, des sobres avec ceux qui le sont moins, tout est permis.

Les femmes adorent son image sérieux qui laisse toutefois présager un caractère très olé olé !

Le caleçon à carreaux

Adorablement rétro, il est pourtant boudé par les adeptes de ce dessous qui craignent de refléter une image de pépère. Or, choisi avec habileté, le caleçon à carreaux peut rendre irrésistible celui qui le porte : une touche très stylée placée sur un endroit stratégique, c’est ce qu’il promet à ses fidèles.

Le caleçon à fleurs

hum hum… messieurs, ne montons pas tout de suite sur nos grands chevaux : agrémenté de motifs de fleurs, le caleçon n’est pas forcément une insulte à notre masculinité. Soit, il est loin d’incarner la virilité dans toute sa splendeur mais sachons que son côté mimi peut jouer à notre avantage car porté comme il faut, il n’en mettra notre côté mâle que plus en valeur.

Le caleçon fantaisies

Fidèle à son appellation, il ne se lasse pas de cogiter pour surprendre tout le monde. Des dessins les plus humoristiques aux plus charmants en passant par les plus romantiques, il connaît. Attention toutefois à opter pour le choix le plus judicieux car il peut vous mettre dans une situation embarrassante si jamais votre partenaire venait à ne pas l’apprécier.

Comment bien choisir son caleçon ?

Premier geste : bien vérifier le dessous dans tous les sens, c’est-à-dire dans celui de la longueur ainsi que celui de la largeur. Dans la pratique, ce conseil se traduit, premièrement,  par le fait d’être attentif à ce que la distance entre les deux jambes soit suffisante pour permettre assez de liberté de mouvements sans verser dans la tendance inverse. Deuxièmement, veiller à ce qu’il ne soit pas trop court ou trop long pour qu’il soit conforme à l’utilisation à laquelle on le destine.

Second geste : opter pour un caleçon qui correspond à notre taille car trop grand, il imprimera ses marques sur un pantalon assez moulants tandis que trop petit, il comprimera désagréablement le sexe.

Irrésistiblement masculin, le caleçon œuvrera pour connoter notre virilité dans toute sa splendeur. Se déclinant dans toutes les couleurs possibles et agrémentés ou non de motifs, il se montre dans toute sa superbe pour être digne de parer nos joyaux.