Le besoin de connaissances en droits et institutions des pays d'Afrique, et des spécialistes de ce type de connaissances est de plus en plus attesté au niveau des institutions internationales, des organisations de solidarité internationale et des administrations des pays occidentaux. L'absence ou l'insuffisance des unités spécialisées de formation et de recherche dans ce domaine au sein des universités occidentales crée un réel déséquilibre entre l'offre et la demande.


En Afrique, le problème est d'une autre nature, outre les besoins précédents. D'une part, les enseignants des Facultés de Droit, privés de ressources et préoccupés par leur survie au quotidien, n'ont pas la possibilité de remplir correctement leurs missions d'enseignement et de recherche comme leurs collègues des pays occidentaux. D'autre part, les magistrats et avocats souffrent d'une absence de politique de formation continue qui pénalise les justiciables.


Au vu de ce double constat, l'Académie Africaine de Théorie du Droit et ses partenaires l'Académie Européenne de Théorie du Droit, et la Katholieke Universiteit Brussel, organisent chaque été, à Bruxelles, une session d’enseignement, sanctionné par un " Certificat de Droit, cultures et institutions des pays d'Afrique”.