Le jury du prix Michel Alliot pour les études juridiques africaines s’est réuni le jeudi 18 août 2005 à la Katholieke Universiteit Brussel.
Le jury était composé de :

:: Laurent Ben Kemoun, Vice-Président du Tribunal de Grande Instance de Paris
:: Albert Bourgi, Professeur de Droit public à l’Université de Reims
:: Stéphane Doumbé Billé, Professeur de droit public à l’Université de Lyon III
:: Jean René Gomez, Avocat et Maître Assistant à l’Université Marien Ngouabi, Brazzaville
:: Joseph John-Nambo, Professeur d’histoire du Droit, Université Omar Bongo, Libreville
:: Françoise Ki Zerbo, Docteur en droit, Notaire à Ouagadougou
:: Etienne le Roy, Professeur d’anthropologie du droit, Université Paris I, Président du Jury
:: Samba Traoré, Professeur d’histoire du droit, Université Gaston Berger, Saint Louis, Sénégal

Stéphane Doumbé Billé, Françoise Ki Zerbo, et Samba Traoré, empêchés, ont communiqué au jury leurs observations.
   

Parmi les cinq ouvrages qui avaient été retenus pour concourir, le jury a désigné par consensus comme Lauréat du Prix pour l’année 2005, Georges Barnabé GBAGO, avocat et enseignant béninois, pour son ouvrage « Le Bénin et les droits de l’homme », publié aux éditions l’Harmattan en 2000.

Le jury a entendu ainsi consacrer non seulement une analyse audacieuse et courageuse, mais également la démarche s’inscrivant dans l’œuvre et dans la perspective humaniste du Recteur Michel Allliot.

   
Par ailleurs, le jury a décerné la mention spéciale à Olivier et Catherine Barrière pour « Un droit à inventer », publié aux éditions de l’Institut de Recherche pour le Développement, pour la qualité et l’originalité d’une recherche s’appuyant sur des enquêtes de terrain qui sont apparues au jury comme le prototype des pratiques scientifiques dont les juristes devraient s’inspirer.